Je n’ai d’ami qu’un chien. Je ne sais pour quels torts, — 1871 (2)

Joséphin Soulary

Un Ami

Je n’ai d’ami qu’un chien. Je ne sais pour quels torts,
De ma main, certain jour, il reçut l’étrivière.
Ce chien me repêcha, le soir, dans la rivière;
Il n’en fut pas plus vain, – moi, j’eus bien des remords.

Nous ne faisons, depuis, qu’un âme dans deux corps.
Lorsqu’on m’emportera sur la triste civière,
Je veux que mon ami me suive au cimetière,
Le front bas, comme il sied au cortège des morts.

On comblera ma fosse. Alors, ô pauvre bête,
Las de flairer le sol, de mes pieds à ma tête,
Seul au monde, et tout fou de n’y comprendre rien,

Tu japperas trois fois; – je répondrai peut-être.
Mais si rien ne répond, hélas! c’est que ton maître
Est bien mort! couche-toi pour mourir, mon bon chien!

Q15 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *