Suspends, héros illustre, au temple de la gloire, — 1801 (1)

(Michel de) Cubières, jeune

Imitation du sonnet italien

Suspends, héros illustre, au temple de la gloire,
L’acier étincelant qui fonda ta victoire,
Et que ton jeune front, qu’ombragent les lauriers,
Serve éternellement de phare à nos guerriers.

Il est temps que le monstre échappé du Tartare,
Qui forgea contre toi plus d’un projet barbare,
Sur les rives du Stix, enchaîné désormais,
Te laisse ouvrir enfin le Temple de la Paix.

Elle attend le repos, notre chère Patrie,
Elle veut le devoir à ta main aguerrie,
Hélas! qui ne l’entend soupirer après lui?

Mars n’a que trop régné, c’est Astrée aujourd’hui
Qui, par toi de Thémis reprenant la balance,
Aux peuples opprimés rendra l’indépendance.

Q27 – T13

Ce sonnet est la traduction (désignée comme ‘imitation’) d’un sonnet d’un certain Povoleri, intitulé La Pace . Al cittadino Bonaparte. Cubières n’a pas respecté la disposition de rimes de l’original (abab abab cde cde). La mise en page est celle, habituelle depuis le milieu du 17ème siècle: quatre strophes de 4, 4, 3 et 3 vers respectivement, séparées par des lignes de blanc. Les premiers vers des deux quatrains, et le premier vers du sixain (deux tercets) sont marqués par un léger décrochement vers la droite dans la ligne. Cette marque de début d’unité strophique (qui était la règle au 16ème siècle) disparaîtra très vite, au profit d’un alignement strict des quatorze vers (quand il y en a quatorze). Le poème de Cubières est entièrement en rimes plates (aabb a’a’b’b’ ccd dee).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *