L’exquise Bouquetière aux sourires discrets, — 1905 (16)

Emile Boissier in Les Fééries interieures (2008)

LA CAMARGO A Mme SAINT POL ROUX.

L’exquise Bouquetière aux sourires discrets,
Camargo, la danseuse adorable, c’est Elle !
Sa main pâle, doigts fins, nous offrant des oeillets
S’enrubanne au frisson câlin de la dentelle.

Fanfreluchés un peu sous le bleu des lacets
Vers le tulle mutin givré de brocatelle,
On devine en leur grâce éblouissante et frêle
Ses seins blancs et neigeux enclos au corselet.

Une toque, enfantin caprice, à son oreille
Se penche, bride au vent, sur ses cheveux poudrés
Et ses yeux sont naïfs et sa bouche vermeille.

Dans la pourpre du soir tendre et crépusculaire,
Avec le charme doux de ses longs cils nacrés
La belle au front câlin s’ingénie à nous plaire

Q9  T24  y=x (d=a)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *