Je vais seul et pensif, des champs les plus déserts, — 1811 (2)

P.L Ginguené Histoire littéraire de l’Italie, tome II…

Solo e pensoso

Je vais seul et pensif, des champs les plus déserts,
A pas tardifs et lents, mesurant l’étendue,
Prêt à fuir, sur le sable aussitôt qu’à ma vue
De vestiges humains quelques traits sont offerts.

Je n’ai que cet abri pour y cacher mes fers,
Pour brûler d’une flamme aux mortels inconnue:
On lit trop dans mes yeux, de tristesse couverts,
Quelle est en moi l’ardeur de ce feu qui me tue.

Ainsi, tandis que l’onde et les sombres forêts,
Et la plaine, et les monts, savent quelle est ma peine,
Je dérobe ma vie aux regards indiscrets;

Mais je ne puis trouver de route si lointaine
Où l’amour, qui de moi ne s’éloigne jamais,
Ne fasse ouïr sa voix et n’entende la mienne.

Q14 – T20 -rvf

Guinguené dans un des volumes de sa monumentale Histoire littéraire de l’Italie, propose cette traduction en forme de sonnet (une première au 19ème) du poème n°35 du Rvf de Pétrarque, avec ce commentaire:  « … peut-être, selon moi, le plus heureux, le plus touchant de tous les siens, et où il a porté au plus haut point d’intimité l’alliance de ces deux grandes sources d’intérêt, la solitude champêtre et la mélancolie. J’ai tâché de le traduire en vers, et même ce qui est, comme on sait, le comble de la difficulté dans notre langue, de rendre un sonnet par un sonnet. Il y a peut-être beaucoup d’imprudence à hasarder de si faibles essais, et pour faire l’imprudence toute entière, j’engagerai encore ici à relire dans l’original le sonnet de Pétrarque. Peut-être au reste quand on s’en sera rafraîchi la mémoire, appréciant mieux les difficultés de l’entreprise, en aura-t-on pour le mien plus d’indulgence.  »

La formule de rimes, abba  abab  cdc  dcd, ne respecte pas celle de l’original (abba  abba  cde  cde), impossible à reproduire si on satisfait à l’exigence de l’alternance des rimes (qui n’a pas été violée avant une date beaucoup plus tardive). Il choisit cependant pour les tercets la deuxième formule pétrarquiste dominante, sur deux rimes, cdc  dcd. Cela lui a été reproché plus tard (1870) par Mr de Veyrières, qui mentionne  » sa version (un peu irrégulière dans la forme) .. ». La notion de régularité varie régulièrement au cours des âges.

Remarque: j’ai choisi, comme on le verra amplement, bon nombre de sonnets en traduction, en particulier différentes versions du premier sonnet du Rerum Vulgarum Fragmenta (Canzoniere); et du sonnet 52 de Shakespeare (j’en donnerai la liste dans la partie formelle). Pour d’autres sonnets (en traduction) que ces deux-là, j’ai en général privilégié ceux dont les traductions sont le fait de poètes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *