Oh! oui, vous étiez belle! Et je brulais dans l’âme! — 1838 (3)

Jules LacroixPervenches

Oh! oui, vous étiez belle! Et je brulais dans l’âme!
Comme elles vous suivaient d’un regard envieux,
Ces femmes, dont le front est jeune et le coeur vieux!
Comme elles pâlissaient toutes à votre flamme!

Et quand la valse en feu, qui toujours vous réclame,
Ange, vous emportait dans ses bras, à mes yeux! …
Hélas! que j’étais fier, jaloux et furieux!
Comme un étranger, moi, je vous disais « Madame! »

Ces lustres, ces flambeaux, ces candélabres d’or
Versaient trop de clartés sur vos blanches épaules,
Sur votre sein plus pur que la neige des pôles!

Et j’aurais bien donné mon âme, et plus encor,
Pour vivre une heure, seul, dans l’ombre, ô mon trésor,
Avec ma Velléda, blonde fille des Gaules!

Q15 – T27

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *