Zéphire qui revient ramène le printemps, — 1848 (6)

Gustave Garrison Les voix du matin

Imité de Pétrarque

Zéphire qui revient ramène le printemps,
Les herbes et les fleurs, sa riante famille,
L’amour, nouveau soleil qui féconde et qui brille,
Rajeunit l’air, la terre, et tous ses habitants.

Le flots sous les glaçons enchaîné trop longtemps
A travers les cailloux joyeusement babille,
Dieu soulève du ciel les voiles éclatants

Comme pour admirer la nature sa fille.
Moi seul, je ne sens pas le printemps dans mon cœur,
Un éternel hiver y poursuit ses ravages :

Laure, en fuyant au ciel, ma pris tout mon bonheur.
Le sol, plein de parfums, et de chants, et d’ombrages,
Où la vierge au front pur brille comme une fleur,
Est un désert pour moi plein de monstres sauvages.

Q14  T20  . (Pétrarque rvf CCCX : Zefiro torna)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *