La vie avance et fuit sans ralentir le pas; — 1866 (29)

Le Parnasse contemporain

Après la mort de Laure
Traduction de Pétrarque

La vie avance et fuit sans ralentir le pas;
Et la mort vient derrière à si grandes journées,
Que les heures de paix qui me furent données
Me paraissent un rêve et comme n’étant pas.

Je m’en vais mesurant d’un sévère compas
Mon sinistre avenir, et vois mes destinées
De tant de maux divers sans cesse environnées,
Que je veux me donner de moi-même au trépas.

Si mon malheureux coeur eut jadis quelque joie,
Triste, je m’en souviens; et puis, tremblante proie,
Devant, je vois la mer qui va me recevoir.

Je vois ma nef sans mâts, sans antenne et sans voiles,
Mon nocher fatigué, le ciel livide et noir,
Et les beaux yeux éteints qui me servaient d’étoiles.
Antoni Deschamps

Q15 – T14 – rvf (Pétrarque cclxii ‘La vita fugge e non s’arresta un’ora’)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *