O Greuse ! la Critique, ardente au paradoxe, — 1868 (22)

in L’Artiste

L’idéal de Greuze

O Greuse ! la Critique, ardente au paradoxe,
Condamnent la Pensée en tes tableaux charmants ;
Mais avec Diderot, ton critique orthodoxe,
Tu réponds aux railleurs : l’Art aime les romans.

Depuis les hauts sommets de Zeuxis et d’Apelle,
Jusques au chevalet des artistes flamands,
L’Art a toujours pensé, parce que l’Art rappelle
Dieu sculptant et peignant mondes et firmaments.

O peintre romancier, j’aime ton odyssée.
Quand tu cueilles les fleurs de la virginité,
Avec tant d’innoncence et tant de volupté !

J’aime mieux l’Idéal de ta Cruche cassée,
Qu’un chaudron de Chardin, chef-d’œuvre sans pensée :
C’est dans l’âme qu’il faut chercher la Vérité.

Q59  T27

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *