Au fond d’un bois j’ai découvert un ruisselet, — 1880 (12)

Narzale Jobert Klimax.

XII sexies
Césures après les 4ème et 8ème syllabes
Le ruisselet

Au fond d’un bois j’ai découvert un ruisselet,
Sur des cailloux blancs et polis danse son onde,
Sous les roseaux, les nymphaeas, il vagabonde;
La biche vient s’y rafraîchir; l’oiseau s’y plaît.

D’un rameau vert voici descendre un gai couplet,
Chant qui ravit cette oasis calme et profonde.
Dans le gazon, point scintillant, la fraise abonde
Avec des fleurs au teint lapis ou violet.

La soleil filtre aimablement sous la ramée.
La brise est douce et l’atmosphère est embaumée.
Concerts, fraîcheurs, herbes, parfums mystérieux!

Eden charmant, Eldorado, pur Elysée,
Que chaque été je viens revoir! – tranquillisée,
Loin du bruit l’âme avec bonheur rêve en ces lieux.

Q15 – T15 – 12s (4+4+4) – On remarquera qu’on n’a pas là affaire à un alexandrin du type dit ‘romantique’ ou ‘hugolien’ car la césure en 6 est abandonnée. Il s’agit donc d’un mètre différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *