Rien qu’à voir la pâleur de son masque fatal — 1884 (17)

Le Chat Noir

Jules Jouy

IX
Taillade

Rien qu’à voir la pâleur de son masque fatal
Où, profond comme un trou, s’enfonce son oeil cave,
L’on devine aisément l’effrayant Idéal
Au triomphe duquel il s’attelle en esclave.

Les drames de Shakespeare et leurs accents altiers
Conviennent à son jeu, libre de toute entrave,
Et leurs profils, en lui, revivent tout entiers.
Son geste singulier, très profondément, grave

Au cerveau du public un vivant souvenir:
Hamlet ou Richard Trois, Macbeth ou le roi Lear,
Il est le maître, en ces farouches personnages,

Lorsque son poing nerveux sur eux s’est affermi,
Et, talent plein d’éclairs, mais aussi de nuages
Il n’est jamais médiocre ou superbe à demi.

Q38 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *