Le bûcher est dressé, le triomphal bûcher, — 1894 (8)

Marie KryzinskaJoies errantes

Jeanne d’Arc
A Paul Hugonnet
Sonnet en prose

Le bûcher est dressé, le triomphal bûcher,
Où Jeanne montera, ainsi que l’on s’exhausse
Sur un trône d’immortalité.
Court-voyants soudards qui appelez
Supplice – l’apothéose de sa gloire!
Plus cléments, vous eussiez volé
Sa belle part
Au patrimoine de l’Histoire.

La voici, tel un joyeux Archange planant haut
Au milieu des flammes vermeilles,
Qui chantent sa beauté de vierge sans pareille.

Et sa cendre sera
La semence précieuse qui fera
Lever une moisson de héros.

abaaa’b’xa’ – T15 – disp: 8+3+3 –  m.irr – L’auteur nomme ‘sonnet en prose’ un poème où les rimes sont non classiques, un vers est sans rime et la métrique est très irrégulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *