Ce soir là, nous étions assis devant la mer, — 1895 (13)

Alban Roubaud Pour l’idole

Pressentiment

Ce soir là, nous étions assis devant la mer,
Emus par je ne sais quelle tendresse vague
Muets, nous regardions déferler chaque vague
Et le vent dans nos cœurs mettait son souffle amer.

Ta lèvre s’était close et tes mains dans les miennes
Frissonnaient, par moments, tels des oiseaux frileux.
Ton regard se perdait à l’horizon houleux,
Et tu semblais revoir des choses très anciennes.

Soudain, j’eus dans le cœur comme un pressentiment
Et je ne sais quel cri lointain donna l’alarme,
Mais je sentis mon cœur s’en aller lentement …

Le silence est parfois plus cruel que les mots !
J’interrogeai tes yeux où tremblait une larme :
Et c’est de ce soir là que datent tous mes maux.

Q63  T24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *