Sur un soir transparent comme une porcelaine — 1914 (5)

Vincent Muselli Les travaux et les jeux

Paysage

Sur un soir transparent comme une porcelaine
L’artiste a dessiné cigognes et pigeons;
Entre quatre arbres droits il a tendu la plaine,
Et dans l’émail des lacs incrusté l’or des joncs.

Des roseaux minces et frêles: un scarabée
Y grimpe; un bourdon ronge une feuille à l’avant,
Et, fier du fin contour qu’accuse encor le vent,
Persiste un oiseau bleu sur la tige courbé.

La nuit tombe: sa cendre a défait l’Orient;
Elle remplit l’eau claire et l’azur souriant,
Et les formes du jour succombent une à une.

Mais; blanche, illuminant l’espace essentiel,
Au-dessus des marais s’épanouit la lune
Comme un nénuphar peint sur l’écran noir du ciel.

Q60 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *