La Hollandaise avait à cause de ses îles 1925 (2)

Marcel Thiry Plongeantes proues

La Hollandaise avait à cause de ses îles
Un arôme mental de cannelle et de thé;
Par des Indes sa voix nous paraissait hantée
Et versait à nos cœurs l’espoir des beaux exils.

Des femmes font penser à des barques; mais elle,
Avec sa marche égale et sa tranquillité,
Evoquait, sur un moite océan, la montée
Calme d’un paquebot profilé sur le ciel.

Les jeunes gens surtout sentaient à son passage
Comme un appel de ce maritime infini,
Et son corps les tentait comme une colonie;

Cependant elle allait, sans fièvre et les yeux sages,
Parmi ce rêve et ces désirs d’elle insaisis,
Et traînait sans savoir son sillage d’Asie.

Q49 – T29  – On remarque que toutes les rimes sont ‘hétérosexuelles’: îles/ exils, thé/ hantée, etc. ( à l’exception du couple singulier/ pluriel de passage / sages); et toutes ‘soutenues’ (consonne dite ‘d’appui’).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *