Oh! ces nuages gris, sans fin, gonflés de grêle, — 1932 (1)

Alberte SolomiacLe mur de saphir

Averse

Oh! ces nuages gris, sans fin, gonflés de grêle,
Tout prêts à mutiler mes beaux carrés de lis,
Tout prêts à les cribler de leur mitraille grêle
Avec le tintement de leur sonnaille frêle.

C’en est fait! La nuée a crevé! Plus jolis
Les toits rouges ont pris des gris de tourterelle.
L’abeille a fui le cœur des frais volubilis.
Le paysage  est flou, les tendres verts salis.

Perverse avec fureur l’averse s’est ruée!
Au pied de mes lis purs des miroirs limoneux
Ne reflètent plus que leur grâce polluée.

L’enclos n’est qu’une flaque où noir, fuligineux
L’aspect du ciel s’enlise. Oh! par pitié! Qu’il fuse
De l’or, du bleu, trouant cette clarté diffuse!

abaa babb – T23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *