Tes yeux m’ont révélé leur secret sans mystère, — 1957 (4)

Florilège des Sonnets d’Arvers rénovés et signés des lauréats du Concours de la Muse d’Oc

(madame Calliot-Bonnat)

Tes yeux m’ont révélé leur secret sans mystère,
Et ce cruel amour en ton âme conçu.
Le mal est sans espoir ! continue à le taire,
Mais je préfèrerais n’avoir jamais rien su.

Tu passais, près de moi, souvent, inaperçu
Dans la foule, partout, je restais solitaire …
Je ferai, jusqu’au bout, mon chemin sur la terre,
Ne demandant plus rien, ayant assez reçu.

Grâce à Dieu, quelquefois, je suis douce et très tendre
Mais je vais mon chemin, ne voulant pas entendre
Ce murmure d’amour élevé sur mes pas.

L’agréable devoir auquel je suis fidèle,
M’empêche de frémir au sonnet tout plein d’ELLE.
Eternel  ton amour ? Non, je ne le crois pas.

Q10  T15  arv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *