Table qui brûle dans l’angle mort. Son nom est — 1998 (13)

Emmanuel Hocquard Un test de solitude – sonnets


Dimanche 16 novembre

Table qui brûle dans l’angle mort. Son nom est
sombres visages. Je soumettrai l’inattendu et
l’inconcevable aux formules mathématiques. La vie
pourrait être ainsi. Interrompue cependant la leçon
de musique. Non, me dis-je, il peut y avoir à cela
une toute autre raison. Peut-être même une question
sans réponse. L’objet de ma flamme? Je vois la
souche qui brûle dans l’angle mort. Sous la pluie.
Le messager du pain, gagné par le sommeil. Le
jour s’est levé. Oui, sa présence est têtue. Comme
un bruit de machine. Ouvre les mains pour
dormir. Qu’est-ce qu’il y a? Oh! Les bruits. Les
guêpes. L’eau. Les trèfles jaunes. La mer pâle. La
promenade en espadrilles blanches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *