La Fontaine vient à moi de la marche du distrait — 1998 (6)

Jacques DarrasPetite somme sonnante

3

La Fontaine vient à moi de la marche du distrait
Il me traverse le coprs comme un bois qui s’anime
Et que Rimbaud l’Ancien eût traversé d’un trait
Poussé par la vision de quelque bleu de Nimes
Dont lui aurait dit mot mourant Germain Nouveau
A la porte des chapelles d’Aix faisant la manche,
La Fontaine se divise en belettes en blaireaux
Les renards l’accompagnent museau contre la hanche
C’est un cortège pluriel qui d’Ardenne nous revient
Par la route de l’Aisne, les ânes, les lions, les bêtes
Les plus minces comme les plus communes, le chien
Les moucherons autour de sa perruque dansent
Un scalp picard indien, il y a même un ours
Porteur d’une pierre tombale – antiques Chronopostaux.

bl – m.irr.  sns

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *