D’Hébé, jeune et vive, la fraicheur éclatante — 1832 (7)

– Jeannet Desjardins Mes souvenirs d’Angleterre

XIV – Hébé

D’Hébé, jeune et vive, la fraicheur éclatante
Eclipse les roses mêlées à ses cheveux ;
L’émail éblouissant de sa robe flottante
Est moins resplendissant que l’éclat de ses yeux.
Un jour en versant dans la coupe fumante
Le nectar qu’à longs traits savourent tous les dieux,
Elle glisse, chancelle, et tombe dans les cieux.
Combien les déesses, jalouses de ses charmes,
Goûtèrent de plaisirs à la vue de ses larmes !
La seule qui fut triste est mère de l’amour !
L’immortelle assemblée la bannit sans retour,
Donnant à Ganymède aussitôt son office,
Et son petit faux pas causa ce grand supplice.

Métrique très irrégulière. 13v !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *