coda 63 Ego tenebrentis, solus, inconsolem

in Camille Abaclar Je suis le ténébreux

Alain Zalmanski LATIN

TESTIS UNUS, VAE SOLI

Ego tenebrentis, solus, inconsolem
Aquitanum Principe abolitem Pisa
Stella morituri, – per lyra instellem
Ad majorem sole, utque Melencolia

Ad vitam aeternam, et tu quoque fili,
Gratis Pausilipum, mare tirenneum
Flores superbonum tristes corda mihi,
Rosa rosis rosae, vinum et non pamprum.

Sum Eros aut Phoebus? Sum ego Lusignae?
Ut frontum carmine putum de Reginae;
Omnia vincit amor Grota est in piscem …

Aut Caesar secondum passum in Achero
Credo quia absurdum, buccinat Orpheo
Sancta suspiramus, gementes virginem
NERLOVIDE ( L’Art d’aimer LXIX, 96)

 » Ce sonnet est composé en latin de cuisine (latinus coquinaria), à l’aide d’expressions et de locutions classiques de la langue d’Ovide, trouvées pour la plupart aux pages roses 990 et sqq. du Petit Larousse illustré (1987) ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *