Ce poème s’écrit sous l’oeil d’un charpentier — 1995 (1)

– Jacques Réda L’incorruptible Le charpentier Ce poème s’écrit sous l’oeil d’un charpentier Qui s’active au sommet de la maison voisine Avec des bruits de clous, de brosse et de mortier. Peut-être me voit-il, et la petite usine Que font ma cigarette, un crayon, la moitié D’une feuille où ma main hésitante dessine, Comme un […]

Elle est sensible à l’amitié comme une sensitive — 1987 (4)

– Xavier Bordes – La pierre amour – Anti-sonnet  – Ariane, ma soeur – Elle est sensible à l’amitié comme une sensitive Et pourtant se jette à la guerre avec le cri rauque de l’Insomnie Elle aime également ce qu’elle connaît et ce qu’elle ne connaît pas fait surgir une source là où ne dormait […]

Paf ! d’un bond rivière ! — 1983 (5)

– Jacques Demarcq Derniers sonnets Celle même, miss, taire (ter) Paf ! d’un bond rivière ! taille-doigt, d’ôte queuté sur l’abrège : pater d’un gué) dans les pognes Aléa, Jacques t’es tu parles ! d’un cutter papa-rasoir ? gnon castrat, d’compendium Ca laisse des légions en gaule) t’es fort guère gars ! depuis que Rogne Est-ce ? la pine de niée sort […]

L’oiseau, qui est site — 1983 (4)

– Jacques Demarcq Derniers sonnets Celle même, miss, taire (bis) L’oiseau, qui est site lieu ! de m’écouter l’âme d’ici : t’invite pourquoi forêt ? stère Sans phallé : d’où t’es coup ça biche, touriste chair urge ) oui dare-dare spasme ! le guérit ver Avec un d’César au rut) bite qu’on risque gare ! à ton guerrière Tant saigne, qu’impregne dans […]

Spèce ! de palmipède — 1983 (3)

– Jacques Demarcq Derniers sonnets Celle même, miss, taire (semel) Spèce ! de palmipède le coup d’main, raté appelle plus : à l’oued sec ça sexe plie (d’suite) Manche en 2 : d’Oise t’es à cours tôt, ton bled te marque (m’es témoin) eh ! type mol au gîte Descente des Romains nos pères, p’tit qu’un raid et tes […]

Les mots nouveaux me donnent de la tablature, — 1973 (11)

– Oulipo – La Littérature potentielle Francois le Lionnais L’unique sonnet de treize vers et pourquoi* Les mots nouveaux me donnent de la tablature, Ils ne figurent pas au Larousse illustré Et bien souvent je suis quelque peu étonné Par ceux-ci, dont l’aspect semble contre nature: Arnalducien, bensilloscope, bergissime, Blavièrement, braffortomane, duchater, Lattisssoir, lescurophage, queneautiser, […]

Sur un monceau fuyant s’exerce ma chimère. — 1969 (7)

– Joseph Djirian Kaléidoscope L’écume Sur un monceau fuyant s’exerce ma chimère. Calme, calme la mer d’un bleu étourdissant, Teinté par le soleil ; elle brasse le sang ; Et mon âme s’émeut d’un parfum d’éphémère. L’instant ce n’est qu’écume éjectée en dentelles Qui se répand comme l’heur entravé. L’ardeur De s’exalter ainsi que ces flots en […]

Souvent me suis, comme un con, pris — 1965 (7)

– Olivier Larronde L’ivraie en ordre (ed. 2002) A sa queue Souvent me suis, comme un con, pris A rêver, un doigt sur ta nuque De trancher le sphinx incompris Qui, bien membré, me laisse eunuque. Puisque tu n’appartiens qu’à toi. Si je t’osais tailler en pipe Gicler au visage des rois Plutôt que visiter […]

Souvent, tel un printemps répandu sur la mer — 1958 (3)

– Pierre-Jean Jouve – Inventions – Musique Souvent, tel un printemps répandu sur la mer J’ai suivi les remous des cordes bois et cuivres: Sauvage allait la cavalière de la mort Sonnant l’orage pour le malheur de la terre; Ou douce de ses oiseaux déchirants, un soleil Dans les pleurs, et le chant raisonnable des […]

L’amoureuse immuable au fétiche de bête — 1957 (2)

– Pierre-Jean Jouve – LA VIERGE DE PARIS – L’homme fatal L’amoureuse immuable au fétiche de bête N’avait pas négligé son soulier de satin Remuements de peau neuve et toisons cris de têtes Assouvissement vaste! Et des années plus loin Il recherchait partout une sombre catin Voisine: aux armes de Ses poids et de Ses […]