Il a bien su jouer d’une femme docile, — 1901 (13)

– Aimé Passereau in Le Sagittaire Les joyeusetés, VIII Il a bien su jouer d’une femme docile, Et s’enrichir sans regarder à la façon Qui dont reconnaîtrait sous l’éclat du blason Acheté au Saint-Père, un garçon de vaisselle ? On se l’arrache, il est le roi de la ’saison’ Il assiste à tous les dîners qu’on […]

Que de fois, sur le roc de la cime prochaine, — 1895 (6)

– G.C. Thouron Coups d’ailes Sur le roc Que de fois, sur le roc de la cime prochaine, Joyeusement assis j’épèle dans les cieux! Que de fois, maudissant et la vie et sa chaîne, En rêve dans l’azur je m’élève anxieux! Devant moi la nature et ses champs spacieux Voulant m’assujettir à leurs sollicitudes: Non! […]

Ce matin morne où vous pensiez mourir, nos âmes, — 1991 (28)

– Ivanhoe Rambosson in Le Saint-Graal Les Possédés à Rémy  de Gourmont Ce matin morne où vous pensiez mourir, nos âmes, En l’île de tristesse au fond des noirs jardins, – Avec quel faste mortuaire nous allâmes Vers la Tour de l’Aurore, où sont les paladins. Quand on nous eut déclos l’huis d’or gardé de […]

O mon noble pays ! ils avaient cru naguère, — 1890 (27)

– Alcide Chapeau in L’Aurore Patrie Gloire à la France au ciel joyeux, Si douce au cœur, si belle aux yeux, Sol béni de la Providence, Gloire à la France P.DEROULÈDE O mon noble pays ! ils avaient cru naguère, Ces bandits d’Outre-Rhin, t’asservir à jamais ; Des désordres sanglants de leur brutale guerre Te croyant impuissante […]

Elle tombe aussi finement — 1890 (6)

– Alfred Migrenne – Les moissons dorées – En voyant tomber la pluie Elle tombe aussi finement Que si c’était de la rosée, Et la terre presque épuisée S’en désaltère avidement. De ma serre tout irisée Des fleurs qui s’ouvrent par moments, Le jasmin s’élève hardiment Pour apparaître à ma croisée. Demain les épis jauniront […]

Du ciel tendre où court la nue indécise, — 1886 (26)

– Albert Pinard Sonnets, ghazels, … Louise Du ciel tendre où court la nue indécise, Des bois assoupis dans leur profondeur, De l’eau murmurante et du sein des fleurs, Nous voulons tirer, quintessence exquise, Harmonie auguste, une voix qui dise : « Fleurs qui frémissez aux vents maraudeurs, Rayons, ruisseaux, charme épars des odeurs, Formez un concert […]

Non, poète ; à minuit, ici-bas sur la terre, — 1879 (24)

– Victor Froussard (ancien secrétaire de la préfecture de la Haute-Marne ) Recueil de poésies Minuit A propos d’un sonnet de M. de Ségur Non, poète ; à minuit, ici-bas sur la terre, Tout n’est pas endormi : soyez-en trop certain. Combien de malheureux, sous leur toit solitaire, Veillent, en gémissant de leur cruel destin. Blotti dans son […]

Il se trouve cerné sur un champ de bataille — 1877 (4)

– Henri Passérieu – in Union littéraire des poètes et littérateurs de Toulouse Sonnet militaire Il se trouve cerné sur un champ de bataille Par cinquante guerriers, noirs démons forcenés: Sur son visage ardent, une sublime entaille Rougissait d’un sang pur ses traits illuminés. Au milieu du bruit sec produit par la ferraille, Au milieu […]

Joli petit oiseau — 1869 (3)

– Theodoric Geslain (ed.) – Sonnets provinciaux – Un chant d’oiseau Joli petit oiseau Perché sur cet ormeau, Que me dit ton langage En ce charmant ramage? « Laboureur, il fait beau; Allons, vite à l’ouvrage; Laisse-là ton manteau: Va, ne crains pas l’orage! « Et toi, jeune garçon, En allant à l’école, Ecoute ma leçon: « Quitte […]