Enfin joie, enfin lumière, — 1985 (8)

– Maurice Regnaut Recuiam Enfin joie, enfin lumière, Quand vas-tu être enfin, Quand nous arracher A ce qui n’est Que silence, Tristesse Froid, Où Grandit L’épouvante De ne pouvoir Rien, en pleine aurore Rien, nous, que répéter L’errance et les cris du noir? bdn – ‘boule de neige’ métrique fondante-croissante

Mer — 1985 (5)

– Maurice Regnaut Recuiam Jamais Et toujours, N’es-tu pour nous, Battante et sonnante Qu’une horloge éternelle Ou nos heures les plus hautes, N’es-tu pas masse de nous voir Faire aussi fous ces geste d’écume Vers tant d’horizon, tant d’éphémère, Mer, jamais et toujours pour rien et personne Qu’être et que dire en vérité, horreur, splendeur, […]

C’était à l’horizon quelque peu moins loin qu’en lui-même, — 1985 (4)

– Maurice Regnaut Recuiam C’était à l’horizon quelque peu moins loin qu’en lui-même, Il écoutait longtemps, puis soudain, de nouveau seul, Il parlait: « Où sont-ils partis? Un jour peut-être, Que peut-on espérer d’autre, ils reviendront, Ils se rueront de n’importe où, ciel, routes, Et je sais, le temps n’attendait qu’eux, Survivants tous du même rêve, […]

La laide et maigre Guimard, prêtresse de Terpsichore, — 1895 (5)

– Tony d’Urbino – Sonnets fantaisistes – La Guimard La laide et maigre Guimard, prêtresse de Terpsichore, A des adorateurs que séduisit ses mollets, Ses mollets faits au tour, virant dans les ballets, Avec un art savant qu’on admire encore. Elle s’enrichit, mais n’est point pécore, Bien que ses protecteurs, ses valets Lui fassent cadeau […]

Reviens sur moi! Je sens ton amour qui se dresse; — 1883 (13)

– Edmond Haraucourt La légende des sexes Sonnet pointu Reviens sur moi! Je sens ton amour qui se dresse; Viens. J’ouvre mon désir au tien, mon jeune amant. Là …. Tiens …. Doucement   va plus doucement … Je sens tout au fond ta chair qui me presse. Rythme   ton   ardente    caresse Au gré de mon […]