Oui, mon aimé cousin, oui, mon digne homonyme, — 1861 (10)

– Prosper Delamare Petites comédies par la poste Paquet de sonnets, V Oui, mon aimé cousin, oui, mon digne homonyme, J’aime un cercle d’amis, où la gaîté s’anime, Unanime. C’est fort bien de gémir sur les divers fléaux ; Mais le cœur brille aussi dans l’hilarité franche ! Nos yeux ne sont-ils donc qu’hydrauliques tuyaux ? Voilons-nous vendredi ! […]