Le presbythère n’a rien perdu de son charme, — 1973 (12)

– Oulipo – La Littérature potentielle Jacques Bens Trois sonnets irrationnels I Le presbythère n’a rien perdu de son charme, Ni le jardin de son éclat qui vous désarme, Rendant la main aux chiens, la bride à l’étalon: Mais cette explication ne vaut pas ce mystère. Foin des lumières qui vous brisent le talon, Des […]

Vous soupirez, bien sûr: « Ah, pas le pélican! » — 1965 (5)

– Jacques Bens – 41 sonnets irrationnels Théorisants, IV Vous soupirez, bien sûr: « Ah, pas le pélican! » …………………………… ces tripes à l’encan ce flanc qu’on met en perce! Laissez-moi z’ajouter: et surtout pas Claudel. …    qui sur nous déverse dans des vers trompetteurs la voix du Vatican! ….       je préfère Racan ………….     […]

Pourquoi m’avoir donné rendez-vous sous la pluie? — 1965 (4)

– Jacques Bens – 41 sonnets irrationnels Antérimé Pourquoi m’avoir donné rendez-vous sous la pluie? Pourriez-vous patienter sous l’averse insolente? A longs flots, le ciel noir se vide sur ma tête. Faut-il vous espérer pour supporter cela? A l’ombre des regrets je verrai ma patience Pourrir tout doucement sans s’en apercevoir Pourtant, je croyais bien […]

Je ne hanterai plus les graves officines — 1965 (2)

– Jacques Bens – 41 sonnets irrationnels Nostalgique Je ne hanterai plus les graves officines Où mes amis, tout doucement, prennent racine, Racines que j’envie sous mes airs fanfarons, Car, au delà de tout, j’aime l’odeur des livres. Si j’ai troqué la plume pour les moucherons (C’est façon de parler, poétique et vaccine), Si j’ai, […]

Je vais donc retrouver mes anciens horizons, — 1965 (1)

– Jacques Bens – 41 sonnets irrationnels Mélancolique Je vais donc retrouver mes anciens horizons, Cette odeur pas perdue des vents et des maisons, J’ai l’air d’abandonner, mais n’ayez nulle crainte: Si je quitte Paris, c’est pour le mieux aimer. On incline à brusquer une banale étreinte. Mais que vaut cet orgueil qui n’est plus […]