Murailles? Non, mailles — 1958 (16)

– Jean Tardieu in Margeries Sonnet au galop Murailles? Non, mailles Mai mugissement, Toi moi que travaille Le commencement Mais mains et mes dents mordent  les ténèbres, le marteau du temps cogne à mes vertèbres Qui dit mieux? J’écoute galop à l’envers l’oreille à la route Sabots et crinière les yeux les éclairs la terre […]

Pourquoi t’aimerais-je — 1945 (7)

Paul Valéry Corona & Coronilla (Ed. De Fallois, 2008) Sonnets à Jean Voilier Chanson trop vive Pourquoi t’aimerais-je Si tu n’étais celle Avec qui s’abrège L’heure universelle ? Etrange manège ! Tout l’amour ruisselle, Pris au tendre piège Qui nous ensorcelle… O le bel éclair Entre chair et chair Qu’échangent les cœurs ! Et quels vrais trésors D’extrêmes […]

Saisons épuisantes, — 1928 (5)

– Odilon-Jean Périer – Poèmes Jeudi Saisons épuisantes, Je ris d’un voyage. Quelle ombre étonnante Fend le paysage! Printemps et naufrage: Lueurs parallèles, Tombez! le feuillage Vous mange et vous mêle. Ma soeur passagère Ignorante et sage Depuis ces bruyères Suit plusieurs nuages D’un doigt féminin Fait pour le dessin. Q35 – T23 – 5s […]

Odoriférantes — 1917 (4)

– Paul Valéry Lettre à André Gide A Gênes Odoriférantes Sentes où l’on sent Tant d’herbes et cent Drogues différentes, Où, narine errante Tu fends les encens Que cède aux passants L’ombre incohérente … Connais-tu ce coin? – Je n’ai pas besoin De pupille glauque! Ni bruit ni couleur Ne valent la rauque Friture en […]

Oui, faisons-lui fête: — 1880 (19)

– Charles Monselet Poésies complêtes L’asperge Oui, faisons-lui fête: Légume prudent, C’est la note honnête D’un festin ardent. J’aime que sa tête Craque sous la dent, Pas trop, cependant! Enorme, elle est bête; Fluette, il lui faut Plier ce défaut Au rôle d’adjointe: Et souffrir, mêlé Au vert de sa pointe, L’or de l’oeuf brouillé. […]

L’Iambe estropié, — 1867 (1)

– J.F. Costa – La Harpe éolienne L’Iambe L’Iambe estropié, Cherchant un dactyle, Rencontre Batylle, Qui le met sur pié. Alors, pour marcher, Il bat la mesure; Mais une césure Le fait trébucher. Il faut un spondée; Il faut une idée, Pour plus de soutien; Cherche dans la nue, Iambe, et continue Ton métier de […]

J’ai trouvé ta piste, — 1840 (2)

– comte Ferdinand de Gramont – Sonnets – XXV J’ai trouvé ta piste, Petit réséda, Mais Lise résiste: Elle te garda. D’or ni d’améthyste Flore ne broda La fleur grêle et triste Qu’elle t’accorda. Vivre à la ceinture D’une beauté pure Est un beau destin: Parfum qu’on adore, Il vaut mieux encore Mourir sur ton sein. Q8 […]