..Mais, ni la pêche cressonière — 1924 (4)

– Jean Tardieu in Margeries Mots refoulés ..Mais, ni la pêche cressonière D’un adjectif dormeur et lourd, Ou bien d’un verbe de rivière Qui, brusque, entre les algues, court, Ni cette patience entière De sertir un mot d’un discours Comme s’il était de matière Plus précieuse que l’entour, Ne ternit mon amour du monde! Je […]

Vierge feuillet, pensée ardente — 1921 (11)

Paul Morin Poèmes de cendre et d’or (ed. Jean-Paul Plante 1961) Vierge feuillet, pensée ardente Langueur des soirs de désaccords Entre le trop paresseux corps Et l’âme trouble et trépidante ; Futile regret qui me hantes Des spontanés poèmes, morts De trop de parfums, de trop d’ors, Dès leur naissance fulgurante ; Ecrasé sous le fardeau du […]

Il part très atteint et sans mot dire ; — 1903 (7)

– Dr Abdullah-Djevdet-Bey in La jeune Champagne D’un amour répudié Il part très atteint et sans mot dire ; Ses douleurs et ses aveux d’amant Il les garde comme un diamant Dans son cœur qui n’a pas su maudire. Un silence rogue l’accompagne : Il va tuer son rebelle espoir. Il s’éloigne à travers la campagne Où […]

La vie est de mourir et mourir c’est naître — 1895 (16)

– Verlaine in ed.Pléiade Pour le Nouvel An A Saint-Georges de Bouhélier La vie est de mourir et mourir c’est naître Psychologiquement tout comme autrement Et l’année ainsi fait, jour, heure, moment, Condition sine qua non, cause d’être. L’autre année est morte, et voici la nouvelle Qui sort d’elle comme un enfant du corps mort […]

Sur le blanc mausolée où repose Mercoeur, — 1842 (10)

Henri-Victor Drouaillet La guitare Sonnet Sur le blanc mausolée où repose Mercoeur, Je lisais ces deux vers qui m’allèrent au coeur: La victime du siècle est là sur cette tombe: Anathème au vautour et paix à la colombe! Ceci me fit rêver; lorsque la feuille tombe, Me dis-je, nul ne sait où le vent la […]