Pommiers du 6 avril aux laies de Saint-Germain — 1998 (7)

– Jacques Darras – Petite somme sonnante 68 Pommiers du 6 avril aux laies de Saint-Germain Pommiers pommes rosacées dans les corolles épanes Pommiers pommes de demain cueillies dans les deux mains Pommiers essaims en fleurs où bourdonnent les essaims Pommiers dans le ciel bleu qui chante comme une ruche Pommiers cire liquide limpidité du […]

La Fontaine vient à moi de la marche du distrait — 1998 (6)

– Jacques Darras – Petite somme sonnante 3 La Fontaine vient à moi de la marche du distrait Il me traverse le coprs comme un bois qui s’anime Et que Rimbaud l’Ancien eût traversé d’un trait Poussé par la vision de quelque bleu de Nimes Dont lui aurait dit mot mourant Germain Nouveau A la […]

Pourquoi faut-il qu’en France d’équilibre revenu — 1998 (5)

– Jacques Darras – Petite somme sonnante 2 Pourquoi faut-il qu’en France d’équilibre revenu A la forme sonnetière du fond de tes lointaines Terres nordiques frontalières au galop des vents Béantement ouvertes comme une porte sur ses gonds Qui battrait et le déplacement de l’air assommerait, Tu retrouves d’instinct le lit géographique Qui au milieu […]

Le sonnet, me dis-tu – je mangeais un merlan — 1998 (4)

– Jacques Darras – Petite somme sonnante Soixante-et-onze sonnets I 1 Le sonnet, me dis-tu – je mangeais un merlan Que le menu m’avait décrit comme « en colère » Mais dont l’ire apparente par frayeur s’était tue Devant les saillies marines de la cuisinière – Le sonnet repris-tu – tandis que ton regard Plongeait par la […]

Je mourrai à Paris sous l’averse, — 1997 (2)

– Florence Delay – trad de Cesar Vallejo – Action Poétique Pierre noire sur une pierre blanche Je mourrai à Paris sous l’averse, un jour dont j’ai déjà le souvenir. Je mourrai à Paris – et je n’ai pas de honte – peut-être un jeudi, comme aujourd’hui d’automne. Ce sera jeudi, parce qu’aujourd’hui, jeudi, où […]

En face de la Comédie-Française, se trouve le café — 1997 (1)

– Florence Delay – trad de Cesar Vallejo – Action Poétique Chapeau, manteau, gants En face de la Comédie-Française, se trouve le café de la Régence; il y a là une salle cachée, avec un fauteuil et une table. Lorsque j’entre, la poussière immobile est déjà debout. Entre mes lèvres faites liège, le bout d’une […]

Ce que fait l’araignée est au-dessus de nous — 1996 (2)

– Robert Marteau Rites et offrandes (2002) (Bure, Saint-Ouen-La Cour, jeudi 24- vendredi 25 octobre 1996) Ce que fait l’araignée est au-dessus de nous Par le sens et la perfection de l’ouvrage, Réplique de l’univers recomposé fil A fil, incluant invisibles et galaxies, De même que les éléments et les principes, Paradigme pour la dentellière […]

Un instant tu as oublié le nom — 1996 (1)

– Lionel Ray Syllabes de sable Un instant tu as oublié le nom des choses: la nuit est vide, l’heure n’est plus cette écriture du sable et des oiseaux. Un instant tu es entré dans la non-vision du soleil, dans l’immobile minuit, dans la cave de l’impossible naissance Du monde. Il n’y avait nulle apparence, […]

Certains riment encore en cruche — 1995 (11)

– Jude Stefan Prosopopées Poésie pire Certains riment encore en cruche des neuf portes de la perception avec deux jambes en queue de poisson pour course d’autruche à 6 ans une crise cardiaque enlève le boxer la foudre frappe le sanctuaire le lièvre dort les yeux ouverts pour l’anthologie d’une nouvelle ère miss Hardwick insistait […]