Parmi les brumes des lointains — 1922 (1)

– Jean Richepin – Les glas Sonnet boustrophédon Parmi les brumes des lointains Vient de refleurir une flore Multiforme et multicolore, Aux tons naissants, peut-être éteints. En sons d’angélus argentins Est-ce que l’on chante, ou s’éplore? Est-ce cette âme près d’éclore, Celle des soirs ou des matins? La nuit fonce et le jour éclaire Ce […]

Existe-t-elle encor, cette île — 1893 (21)

– Paul Verola Les baisers morts Evocation Existe-t-elle encor, cette île Où le baiser, toujours vainqueur, S‘épanouit dans chaque cœur, Où la moindre brise distille Des arômes ensorceleurs Sur les lèvres toujours en fleurs ? Où, dans la luit pleine d’aveux, La lune orgueilleuse démêle L’or et l’argent de ses cheveux Sur le flot gris qu’elle […]

Trois fois chaste Ninon que j’aime – ma maîtresse, — 1883 (28)

? in Tintamarre (mars ) Sonnet circulaire à la façon de Privé, mon ami – l’auteur a dédié, voilà quelque temps, à cette même place, des vers « à une catin ». Il dédie ceux-ci – à une femme Trois fois chaste Ninon que j’aime – ma maîtresse, Et ma mère, et ma sœur, – trois fois […]

Précédé de son ventre et suivi de son chien, — 1879 (13)

– Clément Privé in La Lune rousse Sonnet circulaire Précédé de son ventre et suivi de son chien, L’oeil émerilloné, la narine pourprée, Et le front couronné de bêtise inspirée, Un bourgeois cheminait à l’entour de son bien. Il était gras et rose et se portait fort bien. Il avait bien dîné, la panse était […]

Le parfum des lilas ruisselle de folie, — 1875 (2-3)

– Camille Chaigneau – Les mirages – sonnets-réflexe – Nuit d’Avril Le parfum des lilas ruisselle de folie, Les couchants empourprés hallucinent les yeux, J’entends mille baisers dans l’air silencieux, L’espoir jette des fleurs sur la mélancolie. Qui passe, c’est l’amour sur la terre embellie! Qui passe? c’est la femme au front mystérieux: Viens, mon […]

Près des lilas blancs fleurissent les roses, — 1874 (21)

– Adrien Dézamy in L’Artiste Trianon Sonnet-réflexe Près des lilas blancs fleurissent les roses, Le soleil d’avril sourit dans les cieux, Et vers Trianon s’envolent joyeux, Dames et seigneurs, tout blancs et tout roses. C’est fête : on se rit des esprits moroses. Les bergers Watteau, d’un air précieux, Tendant le jarret et clignant des yeux, […]

Quoi! vous languissez à mourir! — 1874 (1)

– Achille Servières – Nouvelles givordines , sonnets – Inutiles conseils. Double sonnet. A mes nouvelles givordines. Quoi! vous languissez à mourir! Il vous tarde donc, mes cadettes, Loin de Givors d’aller courir? Que je vous plains, Givordinettes! Vous savez pourtant que vos soeurs Sont sous le fouet de nos censeurs. Penseriez-vous, petites folles, Pouvoir, […]