Le parfum des lilas ruisselle de folie, — 1875 (2-3)

Camille ChaigneauLes mirages – sonnets-réflexe –

Nuit d’Avril

Le parfum des lilas ruisselle de folie,
Les couchants empourprés hallucinent les yeux,
J’entends mille baisers dans l’air silencieux,
L’espoir jette des fleurs sur la mélancolie.

Qui passe, c’est l’amour sur la terre embellie!
Qui passe? c’est la femme au front mystérieux:
Viens, mon coeur est ouvert, et l’amour fait les dieux!
Comme le ciel est près! Aime! je t’en supplie!

Tant que nous entendrons le chant du rossignol,
Tant que le vent des nuits répandra sur ton col
Son haleine embaumée et sa chaude caresse,

Courons dans les forêts, les foins et les blés d’or!
Et, lorsque tournoîront les feuilles en détresse,
Pour l’espace étoilé nous prendrons notre essor!

Pour l’espace étoilé nous prendrons notre essor,
Oh! ne comprends-tu pas cette sublime ivresse?
Aime! sur mes cheveux laisse flotter encor

Ton haleine embaumée et ta chaude caresse!
Pourquoi fuir? …. qui t’emporte? …. Arrête au moins ton vol
Tant que nous entendrons le chant du rossignol! ….

Pour les bois d’orangers cherches tu l’Italie?
Ou l’Espagne? – Où vas-tu? … Connais-tu d’autres cieux
Où l’âme soit plus blanche, où l’on s’adore mieux?
Pourquoi m’avoir souri, s’il faut que je t’oublie? ….

Qui jettera des fleurs sur ma mélancolie?
J’entends mille baisers dans l’air silencieux,
Les pourpres de l’aurore hallucinent les yeux,
Le parfum des lilas ruisselle de folie.

Q15 – T14 + s.rev: ede dcc baab baab – banvIl s’agit tout simplement de couples d’un sonnet suivi de son équivalent renversé, sur les mêmes rimes (et parfois les mêmes mots-rimes d’ailleurs) et même parfois les mêmes vers. Les textes sont presque réversibles.
« Un fol espoir nous éclaire le coeur. Ce n’est d’abord qu’une ombre vague et brumeuse, bientôt l’astre s’élève, les vapeurs se dispersent, la douce lumière nous envahit, le zénith triomphal semble nous appeler à lui. mais l’astre baisse, l’espoir s’éloigne, et le coeur frissonne pendant que s’abattent les pénombres messagères de la nuit, c’est le désespoir. Tels passent les rêves, les éclairs d’amour, les visions de splendeur et de félicité, tous ces mirages de la vie individuelle et collective.N’y-a-t-il pas là comme un drame composé de deux actes dont le second serait le reflet du premier? – C’est dans cette pensée que j’ai cherché une forme poétique capable d’un redoublement scénique, d’une réflexion manifeste. J’ai choisi le sonnet, parce qu’il est en lui-même complêtement dépourvu de symétrie, et parce que son dernier vers, jaillissant comme une flèche, superbe comme un aigle, semble conquérir les faîtes dont nos illusions vont crouler. – Le premier quatrain, et son image qui termine le petit poème, ont tout le vague des horizons où commencent et finissent les rêves humains. Des rappels de vers semés harmoniquement contribuent à la cohésion de l’ensemble … »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *