Le Ville de Strasbourg (commandant Lehalleur) — 1996 (5)

– Henri Bellaunay Nouvelle anthologie imaginaire de la poésie française Eastwards Le Ville de Strasbourg (commandant Lehalleur) A trente mille pieds s’approche de Java Quelques moments encore et l’avion plongera Dans l’épaisseur d’un air aux malsaines touffeurs. Sans un regard pour le hublot, sombre, rêveur Dans sa première classe il ne voit même pas Le […]

Les années se vident mais du côté de la pente — 1978 (4)

– ? Inimaginaire IV Les années se vident mais du côté de la pente revenir en regardant pas besoin que chaque mocassin épuise l’empreinte dès que chaque feuille se vide du côté de la pente et des années sans matière à toute la pente les escargots et les nourrices plus que chaque vieillard n’en retourne […]

Avec les sentiments de nos sens analogues, — 1970 (6)

– Jean Queval En somme Déclaration d’indépendance Avec les sentiments de nos sens analogues, L’intelligence existe, existant plus ou moins La volonté voudrait casser les équivoques Trois facteurs qu’on ordonne en des écrits témoins. Il y a le langage où se fait notre langue La sensibilité registre et notation Soit les pouvoirs moraux dépouillés de […]

Vous qui surprenez dans mes vers le bruit — 1945 (1)

– Aragon V sonnets de Pétrarque 1 Vous qui surprenez dans mes vers le bruit De ces soupirs dont j’ai nourri mon cœur Dans ma première et juvénile erreur Quand j’étais homme autre que je ne suis Aux tons divers dont je plains mes ennuis Suivant l’espoir vain la vaine douleur Si l’un comprend l’amour […]

Et puis en somme, et malgré tout, — 1900 (12)

Camille Mauclair Le sang parle Epilogue,     III Et puis en somme, et malgré tout, Que j’aie été mauvais ou fou, Voici des vers et des pensées Qui vous seront fruits et rosées. Voici bien des choses blanches, Toute lueur qui fut en moi, Toute la source qui s’épanche, Et mon cœur aride en fait foi. […]

De la quête ingénue, aussi émouvante — 1894 (7)

– Marie Kryzinska – Joies errantes – à Luce Colas De la quête ingénue, aussi émouvante que la grâce des paysages normands, où, parmi les doux feuillages bruissants l’eau coquette miroite, court, enchante. Le cher souci d’Art a mis dans ses yeux gris, rieurs de malice, un rien de graves songers, mais sa bouche demain […]

Silencieusement, la Nuit qui s’épanchait — 1991 (29)

–       Emmanuel Signoret in Le Saint-Graal La pente des heures Silencieusement, la Nuit qui s’épanchait Etreignait d’ombre molle et croissante les choses, La Nuit tombait des cieux telle une pluie de roses : Comme se fane un pré, pâlissaient les objets. Et c’étaient des soupirs sous les gazons qu’immerge L’ombre inondante ainsi qu’un fleuve débordé – […]

Un soir, en visitant la vieille cathédrale — 1876 (3)

– Catulle Mendès – Les Poésies – Frédérique Un soir, en visitant la vieille cathédrale Gothique dont j’aimais les clochetons sans pairs, Au bas de l’escalier qui se tord en spirale, Je te vis, ô ma pâle allemande aux yeux pers! Lasse, tu t’accoudais à la pierre murale, Pauvre ange endolori tombé des cieux aperts! […]

Ni dans les cieux étoiles voyageuses, — 1847 (1)

– Emma Méhul Cent cinquante sonnets … traduits… de Pétrarque Ni dans les cieux étoiles voyageuses, Ni dans les champs beaux et fiers étrangers, Ni dans les bois faons joyeux et légers, Ni sur les mers voiles blanches nombreuses; Ni d’un bien cher des nouvelles heureuses, Ni de l’amour les discours mensongers Ni dans les […]