Je n’ose dire, — 1973 (9)

– Oulipo – La Littérature potentielle – Latis Essais de la méthode du T.S Queneau sur quelques-uns de ses sonnets Qui cause? Quidose? Qui ose? Je n’ose dire, Pas osé. Le dire Je n’oserai. Dire Réduirait. Produire Produirait. Si je l’ose, Courte pause, Le quatrain, Qui cause, Qui ose Une fin. Q8 – T6 – […]

Aller chercher au fond des mers les trésors piratés — 1969 (2)

– Raymond Queneau – Fendre les flots Aller chercher au fond des mers … Aller chercher au fond des mers les trésors piratés aller chercher au fond des mers les perles noires immenses aller chercher au fond des mers les algues enrichissantes aller chercher au fond des mers les coquillages contournés aller chercher au fond […]

Se voir, s’épersiller, s’avancer, reculer, — 1961 (4)

Jean Queval « On peut peut-être essayer de faire les plus simples des sonnets en limitant le risque de redondance, ou plutôt en limitant le risque de l’usage de la grammaire. Si l’on n’employait que des infinitifs, on arriverait à une moindre utilisation du langage, peut-être à une moindre redondance. » (Jean Queval en plagiaire par anticipation […]

Ah mais que si donc comme et oh eh hi ah mais — 1958 (13)

Raymond Queneau – (sonnets écartés des sonnets de 1958) La neige des mots invariables Ah mais que si donc comme et oh eh hi ah mais En étant pour or par tout en étant si comme Donc en si mais givrant l’on du pour quand j’allais Aux tours du ni quand près du ceci du […]

Alexandre le Grand, il parlait comme un livre — 1958 (9)

– Raymond Queneau – Sonnets L’alexandrinisme des origines à nos jours Alexandre le Grand, il parlait comme un livre Avec Aristote comme maître cela n’a rien d’étonnant On lui reproche d’avoir été – une fois – ivre C’est bien la peine de gagner tant de batailles pour être à la fin condamné moralement Arrivé au […]

« Après vous » « Après moi » L’échange volatile — 1958 (8)

– Raymond Queneau – Sonnets Voilà que j’assiste à un grand dîner officiel « Après vous » « Après moi » L’échange volatile De ces mots survolant les côtes de rastron Me semble en vérité de plus en plus futile Depuis que j’ai gâté de sauce mon plastron Pour aller au banquet des rois du mirliton Je m’étais habillé […]

O splendide, salut! Viens à moi qui t’appelle! — 1928 (2)

– Catherine Pozzi – Oeuvres poétiques Invocation O splendide, salut! Viens à moi qui t’appelle! Comme un songe, descends de l’Olympe sacré, Où depuis deux mille ans se languit ta beauté … Reviens! et que ton œil de nouveau étincelle! O mère des désirs, ô douleur, ô douceur, O souffrance adorée, plaisir profond, ô charme! […]

Je suis l’Esprit, je suis l’Eternelle beauté. — 1907 (3)

– Georges Duhamel – Des légendes et ballades 3 Le sonnet d’Une Je suis l’Esprit, je suis l’Eternelle beauté. Quand je viens à rêver, mon âme emplit le monde Et la nuit de mes souvenirs est si profonde Que mon être, il me semble, a toujours existé. Je suis l’Oreille ouverte à l’accord enchanté Qui, […]

Ce qu’il me faut à moi c’est un grand fauve blond, — 1904 (5)

Vicomte Phoebus, Retoqué de Saint Réac (Jules Romains et Georges Chenneviere?) Mes états d’âme ou Les sept chrysalides  de l’extase Sa muse Etat d’âme dionysiaque Seinem hochverehrten Nietzschandler Gewidmet von Verfasser Ce qu’il me faut à moi c’est un grand fauve blond, Qui m’écrase en ses bras, geste peu platonique, Me morde à belles dents d’un […]

La main sur sa rapière, un grand reître à panache, — 1903 (2)

– Le docteur Henri Fischer – Sonnailles et chansonnailles – Chants et sonnets … Toiles- Un Roybet La main sur sa rapière, un grand reître à panache, De satins chatoyants fièrement s’enharnache. Soudard, il guerroya des Flandres au Maroc. Un hanap fait invite à sa moustache en croc. Un Moine près de lui, glabre et […]