sans cesse je rêvais d’avoir des rapports sexuels — 1993 (11)

– William Cliff – Autobiographie – 39 sans cesse je rêvais d’avoir des rapports sexuels avec des mineurs d’âge nus en été sur des plages ou bien dans ces forêts remplies de poisons naturels dont en moi je garde toujours la nostalgique image et plus je me sentais coupable d’avoir ces pensées et plus ces […]

un jour j’eus la révélation de la littérature — 1993 (10)

– William Cliff – Autobiographie – 35 un jour j’eus la révélation de la littérature dans le récit que fait Chateaubriand de son enfance de la terreur qu’il eut devant son père et de sa dure condition d’enfant à Combourg dont la sinistre ambiance le soir avec ce père qui n’arrêtait pas de faire armé […]

il y avait au réfectoire de hautes fenêtres — 1993 (9)

– William Cliff – Autobiographie – 32 il y avait au réfectoire de hautes fenêtres d’où l’on voyait de grands sapins s’élever dans le ciel et le matin quand la lumière gagnait l’atmosphère ce ciel et ces sapins prenaient des couleurs surréelles et en hiver quand la neige habillait ces conifères de brillante blancheur alors […]

l’hiver nous eûmes froid et les hivers étaient très longs — 1993 (8)

– William Cliff – Autobiographie – 31 l’hiver nous eûmes froid et les hivers étaient très longs je me souviens d’un hiver où la Meuse fut gelée on pouvait la passer avec des chariots et même on fit un feu au milieu pour rire de sa destinée et nos bâtiments mal chauffés nous donnaient des […]

nous avions entre frères ce qu’on nomme des ‘rapports’ — 1993 (7)

– William Cliff – Autobiographie – 19 nous avions entre frères ce qu’on nomme des ‘rapports’ il s’agissait pour nous de faire pièce à l’oeil sévère qui voulait nous nier d’avoir aucun plaisir du corps duquel les pères veulent être seuls dépositaires et c’est déjà le désir de tuer leurs géniteurs qui pousse les enfants […]

enfant je restais longtemps à jeter de longs regards — 1993 (2)

– William Cliff – Autobiographie – 1 enfant je restais longtemps à jeter de longs regards à travers la fenêtre de notre ennuyeuse école et recevais pour prix de m’être encore mis en retard des coups des punitions  » il n’est pas de mauvaise vol- onté  » disaient devant la grande colère de mon père […]

Des pas coulés dans le bitume ont un éclat de cuivre: — 1990 (3)

– Jacques Réda – Sonnets dublinois – Ulysses Des pas coulés dans le bitume ont un éclat de cuivre: Ce sont les traces du héros de ce fameux roman Qui circule à travers Dublin, l’agite et le délivre De son destin provincial – étrange monument Où tous les récits ont trouvé leur aboutissement Convulsif dans […]

Nous somme arrivés sur le treizième parallèle. — 1983 (1)

– William Cliff America Talavera. 7. Nous somme arrivés sur le treizième parallèle. J’ai déja vu sur l’eau deux ou trois poissons volants L’Anglais chargé des chambres froides est venu tout courant Dans le château pour qu’on lui prête un moment les jumelles Il prétend avoir vu bouger au loin une baleine On se met […]

Il portait un oeil louche extraordinaire et répugnant — 1976 (1)

– William Cliff Ecrasez-le Plongeur A Conrad Detrez Il portait un oeil louche extraordinaire et répugnant En plongeant la vaisselle en l’eau graisseuse et qui clapote Il levait cet oeil louche aux trois clients de la gargote Avaler faisait mal sous ce regard inquiétant. Etait-il vraiment laid visage et corps absolument Un monstre relégué aux […]

Les grands troupeaux ailés gardaient vos portes colossales, — 1926 (1)

– Emile Cottinet – Ballades contre et sonnets pour – Les ruines (Assyrie, Perse, Egypte) Les grands troupeaux ailés gardaient vos portes colossales, Vos palais où trônaient Sarçon, Sardanapale, Assur, Où les soldats tombaient comme des épis de blé mûr, Ninive, Baghdad, ô cités vaines et vassales! Des archers défilaient, vêtus d’émail bleu, sur les […]