La vie est toute tracée — 1893 (22)

– Paul Verola Les baisers morts Scepticisme La vie est toute tracée Et, gondole sans rameur, L’âme coule, harassée, Amour, sifflet ou rumeur A rien ne sert se débattre ; Le cœur fuit, méchant ou bon : Toujours noir est le charbon ; Toujours blanc sera l’albâtre. L’âme, toute embarrassée, N’entraîne que ce qui meurt, Baisers secs, fleur […]

Sentir en soi gémir une âme prisonnière, — 1873 (2)

Athanase Forest Un conseil triple sonnet Sentir en soi gémir une âme prisonnière, Brûler de soif que vient tout au plus étancher, D’aventure, un lambeau de brise printanière, Sur un sol raboteux à tout recoin broncher ; Toujours du même pas et dans la même ornière, Ainsi que fit et fait l’espèce moutonnière, Que pousse à […]

Pauvre, obscur, dédaigné, traîner partout la vie, — 1873 (1)

– Athanase Forest – Sonnets, chansons, boutades – La Loterie sociale Pauvre, obscur, dédaigné, traîner partout la vie, Vrai carcan à son cou jour et nuit appendu; Riche, illustre, être en butte aux crachats de l’envie, Et parfois fusillé, brûlé vif, ou pendu; Dès que l’on prétend mordre, être à l’instant mordu; Avoir toujours un […]

Sous le pliant osier vous êtes prisonnières, — 1839 (6)

Louis Ayma – Les préludes A mes linottes – Sonnet redoublé Sous le pliant osier vous êtes prisonnières, Vous ne respirez pas l’air pur de vos forêts, Et, quand viendra pour vous le moment d’être mères, Vous ne suspendrez pas vos nids dans les bosquets; Mais, lorsque dans les airs gronderont les orages, Vous aurez […]