A bas bruit la très discrète — 1996 (3)

– Henri Bellaunay Nouvelle anthologie imaginaire de la poésie française A bas bruit A bas bruit la très discrète mais tenace ronge-temps verse son sablier lent au plus creux de tes retraites De tes pieds jusqu’à la tête elle mène posément aux rouges routes du sang sa fine marche muette. Elle te va concéder l’odeur […]

Patiente luit séculaire —1991 (3)

Claude- Michel Cluny Oeuvre Poétique, I L’olivier Patiente luit séculaire l’huile de lente clarté Sa pluie-cendre et lumière Est l’ombre de l’olivier. Paix blonde à l’âme sévère aiguise ma vérité Epuise mon encre amère profonde et pure à moitié. Le temps me marqua, olivier tors comme toi mais peu sage sauf parfois en amitié. L’encre […]

L’ombre d’un micocoulier — 1987 (5)

– Jean Grosjean La reine de Saba L’ombre d’un micocoulier S’est couchée sur le chemin. J’entends les grillons crier Dans l’air tremblant du matin. Le chemin va par les près Comme vont les orphelins, L’ombre se met à tourner Sans presque bouger les mains. Bien que l’horizon m’invite A marcher à l’aventure, Je reste avec […]

A chaque doigt sourd la goutte — 1959 (8)

– Paul Valéry Douze poèmes inédits (ed. Octave Nadal) A chaque doigt A chaque doigt sourd la goutte Et tu trempes tes mains pour Mieux feindre sur qui t’écoute L’onde d’un premier amour Né limpide flamme ou bulle D’azur qu’on croit étranger A tous les sus et sans nulle Epaule à boire ou manger Sans […]

Le jour fourmille introuvable; —1959 (3)

– Olivier Larronde – Rien voilà l’ordre – Arqué Le jour fourmille introuvable; L’écraser trace un chemin! Son lever strident sème un Désarroi. Ce jour lavable Au passé fils de tes mains Qu’en est-il? Jour repassable Entre deux, ses lendemains. Et tant repris que ma fable. S’improvisa sur du sale Tout départ pris sans la fin Quand l’un […]

Oh que de douleur abonde — 1947 (8)

– Mélot du Dy in Jean Paulhan, Dominique Aury – Poètes d’aujourd’hui Oh que de douleur abonde Pour ne point nous enrichir Sous un crâne qui se bombe A force de réfléchir. Et bientôt de par le monde, Je le dis en vérité Il n’y aura que des monstres Douloureux d’énormité. Où qui préfère la […]

Par exemple, menteur, saigne — 1946 (1)

– Olivier Larronde – Les barricades mystérieuses – Le sonnet du menteur Par exemple, menteur, saigne Ta langue, et rougie comme l’eau Cette joue voisine du feu Un mensonge nous colore Presque. Dresse tes mains au jeu Des langues, fleur et flamme; alors D’une curieuse haleine en plumes Je rapproche ventre qui bouge. Ma bouche […]

Si tu veux, ouvrons la porte — 1943 (5)

Vincent Muselli Plusieurs sonnets Si tu veux … Si tu veux, ouvrons la porte Qui mène au jardin secret: Laisse-toi prendre à ce ret, O Toi, si frêle et si forte! Amie, et faisons de sorte, Par un amoureux apprêt, Que je tienne, indiscret, En cet émoi d’être morte Elyséen, mais si bref! Ah, n’en […]

Je goûte, à ton fil de lait, — 1943 (1)

– Audiberti – Toujours – Ruth Je goûte, à ton fil de lait, tes creuses raisons, drôlesse Laissant ce qui ne me laisse, Je te choisis. Le fallait. Mon soleil vit sous les feuilles Des penseurs que je perdis. Va-t-il se dissoudre, dis, dans le golfe où tu m’accueilles? Si c’est toi, beauté, ce soir […]

Mon âme éteint ses lumières — 1933 (10)

– Armand Masson in Felix  Arvers : articles (fonds rondel, RF 21313) à la manière de Paul Valéry Mon âme éteint ses lumières Pour que le silence élude L’amour que, sous mes paupières, A figé la solitude. Et la page est vierge où l’homme Compose et dédicace La prière inefficace Avec l’estampe et la gomme. Comme […]