Oh que de douleur abonde — 1947 (8)

Mélot du Dy in Jean Paulhan, Dominique Aury – Poètes d’aujourd’hui

Oh que de douleur abonde
Pour ne point nous enrichir
Sous un crâne qui se bombe
A force de réfléchir.

Et bientôt de par le monde,
Je le dis en vérité
Il n’y aura que des monstres
Douloureux d’énormité.

Où qui préfère la simple
Assurance d’une guimpe
A tout autre gonflement?

Où le penseur aux mains vides
Qui jubile s’il avise
Un sein modeste et charmant?

Q32 – T15 – 7s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *