Las de ce que je vois, je crie après la mort; 1871 (9)

– coll. Le Parnasse Contemporain, II – Auguste Barbier Shakespeare A son amie Las de ce que je vois, je crie après la mort; Car je vois la candeur en proie au vil parjure, Le mérite en haillons, déshérité du sort, Et l’incapacité couverte de dorure; Et la vierge pudeur aux bras de la luxure, […]

Ah! quel que soit le deuil jeté sur cette terre — 1837 (3)

– Auguste Barbier Oeuvres L’adieu Ah! quel que soit le deuil jeté sur cette terre Qui par deux fois du monde a changé le destin, Quels que soient ses malheurs et sa longue misère, On ne peut la quitter sans peine et sans chagrin. Ainsi, prêt à sortir du céleste jardin, Je me retourne encor […]