Patiente luit séculaire —1991 (3)

Claude- Michel Cluny Oeuvre Poétique, I

L’olivier

Patiente luit séculaire
l’huile de lente clarté
Sa pluie-cendre et lumière
Est l’ombre de l’olivier.

Paix blonde à l’âme sévère
aiguise ma vérité
Epuise mon encre amère
profonde et pure à moitié.

Le temps me marqua, olivier
tors comme toi mais peu sage
sauf parfois en amitié.

L’encre éclairera ma page
(la nuit l’est par ton feuillage)
songe bref d’avoir été.

Q8 – T21 – 7s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *