A chaque doigt sourd la goutte — 1959 (8)

Paul Valéry Douze poèmes inédits (ed. Octave Nadal)

A chaque doigt

A chaque doigt sourd la goutte
Et tu trempes tes mains pour
Mieux feindre sur qui t’écoute
L’onde d’un premier amour

Né limpide flamme ou bulle
D’azur qu’on croit étranger
A tous les sus et sans nulle
Epaule à boire ou manger

Sans se pencher ton visage
Ou l’autre qu’on dirait tel
Vers ses sœurs du paysage
Que le vacarme immortel

Peur de la chèvre camuse
Inonde de cornemuse.

shmall 7s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *