L’ombre d’un micocoulier — 1987 (5)

Jean Grosjean La reine de Saba

L’ombre d’un micocoulier
S’est couchée sur le chemin.
J’entends les grillons crier
Dans l’air tremblant du matin.

Le chemin va par les près
Comme vont les orphelins,
L’ombre se met à tourner
Sans presque bouger les mains.

Bien que l’horizon m’invite
A marcher à l’aventure,
Je reste avec ta brochure,

Je m’endors sous le feuillage
Sans avoir tourné la page
Et ta durée me visite.

Q8 – T35 – 7s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *