Sur le blanc mausolée où repose Mercoeur, — 1842 (10)

Henri-Victor Drouaillet La guitare

Sonnet

Sur le blanc mausolée où repose Mercoeur,
Je lisais ces deux vers qui m’allèrent au coeur:
La victime du siècle est là sur cette tombe:
Anathème au vautour et paix à la colombe!

Ceci me fit rêver; lorsque la feuille tombe,
Me dis-je, nul ne sait où le vent la conduit;
Ainsi la gloire, après le jour descend la nuit.
L’astre à peine levé qu’il pâlit, qu’il succombe.

Cette pensée amère ébranla ma constance.
Je maudis mon destin, mes rêves superflus,
Je revins et j’ouvris mon Schiller, où je lus:

Cesse tes cris plaintifs, toi qui reçus du ciel
Ton rêve pour bonheur, ta foi pour récompense,
N’est- ce pas déjà trop pour un ingrat mortel?

Q24 – T34 Notable à deux titres: – d’une part les quatrains sont à trois rimes, le premier en rimes plates: aabb  ba’a’b ; mais on remarquera surtout la disposition des tercets, cdd  ece, disposition ‘italienne’ qui fait se rencontrer au vers 11 et 12 deux mots à finales masculines (lus / ciel), violation caractérisée de la règle d’alternance des rimes en vigueur alors depuis presque deux siècles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *