Oui, mon aimé cousin, oui, mon digne homonyme, — 1861 (10)

Prosper Delamare Petites comédies par la poste

Paquet de sonnets, V

Oui, mon aimé cousin, oui, mon digne homonyme,
J’aime un cercle d’amis, où la gaîté s’anime,
Unanime.
C’est fort bien de gémir sur les divers fléaux ;

Mais le cœur brille aussi dans l’hilarité franche !
Nos yeux ne sont-ils donc qu’hydrauliques tuyaux ?
Voilons-nous vendredi ! mais rayonnons, dimanche !
A qui veut tout savoir je laisse le chaos ;

L’enfer au chant épique ; au grenier l’arme blanche ;
Que l’intrigant, front bas, chemine aux emplois hauts ;
Qui d’écus ou d’honneurs a soif vive, l’étanche !

Ma gloire à moi serait que mon verbe sans frein
Vous mît, chers compagnons, à mon joyeux lutrin,
Tous en train !

TQQT 2m : v3,14 :3s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *