Mer — 1985 (5)

Maurice Regnaut Recuiam

Jamais
Et toujours,
N’es-tu pour nous,

Battante et sonnante
Qu’une horloge éternelle
Ou nos heures les plus hautes,
N’es-tu pas masse de nous voir

Faire aussi fous ces geste d’écume
Vers tant d’horizon, tant d’éphémère,
Mer, jamais et toujours pour rien et personne

Qu’être et que dire en vérité, horreur, splendeur,
Qui ne soit ni toi ni moi, mais l’énigme même,
Et simplement, par soif de sel, de gel de grand vent, de silence?

bdn – vL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *