Je le bénis ce jour qui t’offrit à ma vue! — 1830 (1)

Justin Bouisson Poésies diverses

Sonnet . A Madame *** – I

Je le bénis ce jour qui t’offrit à ma vue!
Je t’aimai, je sentis qu’une flamme inconnue,
Soudaine, pénétrait, embrasait tous mes sens.
Depuis ce jour je souffre … et mes maux sont cuisans.

Je me plais à nourrir le poison qui me tue.
Toi, joue et chante et ris; dans ton ame ingénue,
Sois heureuse de bals, de chapeaux, de romans,
Ou, comme d’un succès, jouis de mes tourmens.

 » Je l’aime, elle le sait, elle le voit (me dis-je);
Peut-être à sa gaîté qui m’enchante et m’afflige,
A cette indifférence où son coeur est plongé,

Succèderont (l’amour m’a souvent protégé) ,
Succèderont (l’amour me devrait ce prodige),
Des regrets, un désir … l’amour m’aura vengé. »

Q1 – T10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *