Je voudrais habiter, ermite en plein Paris, — 1883 (26)

Paul Arène in L’Artiste

Hoc erat in votis

Je voudrais habiter, ermite en plein Paris,
Dans le quartier bourgeois et neuf qui la renferme,
Cette vieille maison avec des airs de ferme,
Et ce petit jardin qui fut un champ jadis.

Le bon endroit pour vivre heureux et piocher ferme !
Les journaux trop bavards y seraient interdits,
Et le seul espalier payant l’argent du terme,
J’aurais pour moins que rien hanté ce paradis.

La chambrette joyeuse et claire ; et qui domine
Le jardin, sentirait en mai la balsamine,
Aux mois chauds une odeur de grappe et de fruit mûr,

Et l’hiver, quand le ciel rit par un coin d’azur,
A travers les rideaux qu’un rayon illumine,
Des ombres de moineaux passeraient sur mon mur.

Q17  T10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *