Quelques dalles de marbre éparses dans un champ — 1946 (5)

André Rolland de Rèneville La nuit l’esprit

Le pays de toujours

Quelques dalles de marbre éparses dans un champ
Ebauchaient un chemin tendu vers le mystère
Que fomentait la rouille immense du couchant.
Des animaux buvaient dans un cercueil de pierre.

Celui qu’on n’attend plus chassait dans la clairière
Sur un cheval de brume échappé de l’étang,
L’invisible gibier dont les taches de sang
Tressaient une couronne ardente pour la terre.

La basilique en mouvement dans la forêt
Déserte, célébrait un office secret
Dans une plainte océanique à peine ourdie.

Perceptible à mon coeur, invisible à mes yeux,
Un cortège muet me poussait vers les cieux,
De la vie à la mort, de la mort à la vie.

Q10 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *