Comme je descendais les fleuves ravissants — 1956 (3)

Jacques Baron Les quatre temps

Eo rus

Comme je descendais les fleuves ravissants
L’oseille et la laitue prévoyaient le beau temps
Et le toit attendait le nid de l’hirondelle
Et se glissaient la loche et l’escargot fidèle

Sous l’herbe où se trouvait le chemin de l’amour
Balayé par le vent à la fin d’un beau jour
La vigne fleurissant me parlait encore d’elle
A la fin d’un beau jour arrivait l’hirondelle

La première hirondelle qui fait le printemps
Et refuse l’Afrique aux soleils tournoyants
Et ne veut plus croûter le pain des Infidèles

Je ne l’écoutais pas Je mettais tout mon zèle
A distribuer des graines à la basse-cour
Les graines du premier et du dernier amour

Q27 – T13 – y=x : c=a; d=b; e=b’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *