Quel génie infernal, quelle perfide rage, — 1817 (1)

J.B. Bourlet Cantiques spirituels ….

Sonnet sur la rentrée de Bonaparte en Mars 1815

Quel génie infernal, quelle perfide rage,
Monstre, t’a fait quitter ton humide séjour?
Quel démon, te lançant soudain sur le rivage,
Nous arracha ce Roi si cher à notre amour?

Quoi! l’Europe verra par ta fureur sauvage
La France s’abymer et périr sans recours!
Et les peuples encor menacés d’esclavage,
Ne t’arracheraient pas et le sceptre et le jour!

Non, non, c’est fait de toi. La colère des Cieux
Brûlant de foudroyer un traître audacieux,
Allume son tonnerre et ta chûte est certaine.

Je vois, je vois, tyran, tes farouches soldats
Sous le bras d’Alexandre étendus sur la plaine,
Et ton infâme sang laver tes attentats.

Q8 – T14

J.B Bourlet attendit quand même un peu de temps avant de déverser ses imprécations en forme de sonnet sur Napoléon. On ne saurait être trop prudent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *