O ! Cieux, si du Très-Haut, dans votre immensité, — 1826 (2)

J-L – J.R. Les quatorze sonnets

La Divinité

O ! Cieux, si du Très-Haut, dans votre immensité,
Vous ne faites pourtant qu’étaler la puissance,
Quel sera donc l’éclat propre à sa majesté ?
Qui pourra soutenir sa gloire et sa présence ?

A lui seul est l’Empire et la Divinité,
Gardons-nous de vouloir pénétrer son essence,
Tandis que trois fois saint, sans blesser l’unité,
Il s’éclipse aux regards de votre intelligence.

Mais puisque sa nature au-dessus des humains
Demeure inaccessible à nos yeux incertains,
N’allons pas rechercher le jour avant l’aurore.

Mortel en attendant qu’elle se fasse voir,
Que ta raison se taise et ton silence adore
L’être dont le néant reconnut le pouvoir.

Q8  T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *