Sur le ciel bleu du soir où l’étoile étincelle — 1831 (2)

Théodore Carlier – in Annales Romantiques

A une jeune fille

Sur le ciel bleu du soir où l’étoile étincelle
Jamais le pâle éclair ne traîne de lueur;
Jamais, ô belle enfant, la rêveuse douleur
Sur un front de quinze ans n’ose poser son aile.

Et pourtant sérieuse, à vos yeux infidèle,
Fuyant, comme un témoin, cette bruyante soeur
Dont le rire enfantin poursuit votre rougeur,
Vous allez aussi douce, aussi naïve qu’elle,

Retrouver votre mère et lui dire en pleurant,
Que l’on souffre beaucoup alors qu’on a quinze ans.
Oui, certes, vous souffrez, car votre regard brille;

Oui, certes, vous souffrez, car votre sein de lis
Palpitant sous la robe en enfle tous les plis;
Oui, vous souffrez … qui donc aimez-vous, jeune fille?

Q15 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *